La vie du quartier Robertsau - Wacken
Bruno Studer
© Photo Bruno Studer

Rencontre avec Bruno Studer, député en charge des quartiers Robertsau et Wacken

Il s’occupe également du quartier Cronenbourg. Nous l’avons rencontré afin d’en savoir davantage sur ses missions et son rôle auprès des habitants. 

Pour commencer, qui est Bruno Studer ? 
Ancien enseignant en histoire-géographie à Cronenbourg, je suis député depuis 2017. Bien plus qu’une simple profession, le député exerce un mandat que lui ont confié les habitants de la circonscription qui l’ont élu. 
Président de la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation, je participe à l’examen des lois avant leur vote à l’Assemblée Nationale. Dans ce cadre, chaque loi est discutée et modifiée par des amendements en cas de besoin. Avant ce travail, des auditions de personnalités qualifiées et de représentants institutionnels sont organisées afin de connaître parfaitement le sujet sur lequel les députés devront se prononcer. 

Comment êtes-vous impliqué dans la vie de ces quartiers ?
Un député est en lien permanent avec les habitants de sa circonscription et ce lien est indispensable pour moi. Je participe donc autant que possible aux évènements qui, en temps normal, rythment la vie de ces quartiers et qui me permettent d’échanger avec les habitants.
Je rencontre aussi très régulièrement les acteurs associatifs, institutionnels, élus. Je me rends souvent dans les entreprises et commerces tout au long de l’année. Bien sûr depuis la crise sanitaire, beaucoup de ces échanges se font sous forme de visioconférence et il m’a fallu trouver de nouveaux moyens d’organiser ces échanges notamment en ce qui concerne les réunions publiques que j’organise tous les 6 mois pour rendre compte de mon travail aux habitants. 

Qui peut vous solliciter et pour quel problème ?
Chaque citoyen peut me solliciter pour tout sujet qu’il juge important de porter à ma connaissance. Il peut s’agir de donner un avis sur un projet de loi ou une réforme mais aussi me faire part d’un problème qui le touche personnellement ou du fait de son activité.
Par exemple, j’ai été sollicité par des habitants qui rencontraient des problèmes de punaises de lit. Après avoir identifié un problème d’information, j’ai pu travailler sur le sujet afin de transmettre mes recommandations au Ministère du Logement. Depuis, un plan gouvernemental a été mis en place pour lutter contre ce fléau ainsi qu’une mission parlementaire qui a pu faire des propositions. Voici un exemple de sollicitation qui peut déboucher sur des actions concrètes.

Quels sont les projets en cours et à venir pour ces quartiers ?
Je travaille actuellement sur la question des séismes qui ont particulièrement touchés les villes et quartiers de ma circonscription. J’avais d’ailleurs demandé l’arrêt définitif de toute activité sur le site de Vendenheim-Reichstett à la Ministre Barbara Pompili en décembre parce que l’activité sismique induite par la centrale n’était plus compatible avec les exigences de sécurité des habitants. 
Aujourd’hui je continue de veiller à ce que les demandes des habitants soient entendues et prises en compte. J’ai récemment organisé une journée de consultation avec des associations de citoyens qui ont pu me partager leur constat et leurs inquiétudes dont je me suis fait le relai auprès de la Préfète. Ce travail de suivi et de contrôle fait aussi partie de la fonction du député.

Nous avons tous été surpris par la crise sanitaire actuelle et les dégâts sont importants. Quelles sont les mesures prises à votre niveau ? 
Avec mon équipe nous avons pris contact avec l’ensemble des acteurs économiques de la circonscription qui ont été impactés par la crise sanitaire. Des aides importantes ont été mises en place par le Gouvernement pour soutenir nos artisans, nos commerçants, nos entreprises notamment, je veux m’assurer qu’elles soient perçues sans difficultés et adaptées à celles et ceux qui en ont besoin. J’ai également été en contact étroit avec les directeurs d’EHPAD pour suivre le processus de vaccination sur le terrain. 
Bien sûr l’activité à l’Assemblée nationale est aussi fortement orientée vers la gestion de la crise sanitaire et économique à travers le travail de contrôle notamment. En tant que président de la Commission en charge de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur, je me suis également fortement mobilisé pour que les écoles restent ouvertes et en faveur du retour progressif des étudiants dans les facs. Je veille à ce que nos structures culturelles et sportives soient le plus soutenues possible.

Quelles sont vos préconisations pour la suite ? 
La suite, nous la préparons depuis plusieurs mois maintenant, en particulier à travers le plan de relance de 100 Mds d’euros pour redémarrer notre économie rapidement et de manière conséquente. Une grande part de ce plan de relance est d’ailleurs consacrée à la transition énergétique et à l’innovation dans les énergies vertes qui est aussi un enjeu essentiel pour l’avenir. C’est un chantier important que nous avons lancé dès 2017 et que nous devons fortement accélérer. La loi climat et résilience que nous allons examiner prochainement à l’Assemblée nationale doit nous permettre de mener cette transition écologique et énergétique pour tenir les engagements ambitieux que nous avons pris contre le réchauffement climatique.
Sur un plan individuel, je sais qu’il est difficile pour certains de nos concitoyens de se projeter dans l’avenir alors que la crise sanitaire et économique nous menace et que nous avançons les yeux rivés chaque jour sur les indicateurs sanitaires. À chacun d’entre eux j’aimerais redire mon soutien et ma solidarité. Avec la vaccination et malgré les difficultés d’approvisionnement, nous avons des perspectives de sortie de crise qui sont réelles. Il nous faut tenir bon.


Rédigé par Leyla Doup Kaïgama

à voir également dans cette catégorie